pointe-ouest
et l'anse-aux-fraises
anticosti. 2017.

Forêts. Tourbières.

 

Entourés par la mer sur trois points cardinaux, une épaisse forêt bordait la maison. Sans apport fiable en électricité ni eau potable, nous étions à une vingtaine kilomètre du seul village de l'île. Entre nous, se trouvaient des dizaines de lacs et rivières et plusieurs grandes tourbières, lesquelles offraient des cueillettes au potentiel insoupçonné. À la pointe ouest de l'île, les épinettes blanches qui dominent les forêts se laissent déformer par le vent d'ouest: se forment des krummholz, misère végétale.

À mi-chemin entre notre maison et le village de Port-Menier, le village fantôme de l'Anse-aux-Fraises. Ses habitants se souviennent qu'enfants, il leur arrivait d'apercevoir des sous-marins allemands au large quelques mois à peine avant la fermeture défnitive du village en 1942.

press to zoom

Vue de la fenêtre à Pointe-Ouest. Six chevreuils, trois renards et deux grands-ducs vivent tout près de la maison.

press to zoom

L'épinette blanche est quasiment la seule espèce capable de survivre au nord ouest de l'île.

press to zoom

Krummholz: Les épinettes se déforment face aux vents dominants de la mer.

press to zoom

La lugubre forêt du nord-ouest de l'île.

press to zoom

Depuis que la banquise ne prend plus, les tempêtes hivernales peuvent causer des dégâts considérables le long des côtes. À l'Anse-aux-Fraises comme à Pointe-Ouest, le bois de plage se compte par millers de pièces.

press to zoom

L'une des trois tourbières à distance de marche de la maison à Pointe-Ouest. Les locaux croyaient qu'il n'y avait plus de cueillette à faire depuis que les chevreuils sont en surpopulation. Nous avons découvert le contraire.

press to zoom