Carcasses.

 

Notishkuan, Natigostec.

Ce sont les mots respectifs des innus et des mi'kmaqs lorsqu'ils faisaient référence à l'île d'Anticosti où ils se rendaient parfois à la chasse à l'ours noir. On raconte que les deux peuples pouvaient s'y croiser parfois.

 

Dans la langue innue, la notion d'objets animés et inanimés propose une interprétation spirituelle du monde doublée par un contexte historique derrière chaque motif/objet.
 

De nos jours, l'île est marquée par la civilisation occidentale. On y trouve des chalets en ruines, des voitures abandonnées, un avion écrasé, des dépotoirs de fortunes, des cimetières de voitures, des villages fantômes.

 

Ses terres sont désormais peuplée de dizaines de millier de chevreuils introduits par l'homme. Ceux-ci peinent parfois à se nourrir lorsque le printemps tarde à arriver. Il est d'ailleurs banal de trouver des carcasses un peu partout en forêts.

 

Anticosti étant située au milieu du golfe du Saint-Laurent, l'île reçoit une quantité de débris phénoménale puisque les détroits de Jacques Cartier et d'Honguedo convergent en ses côtes. Certains habitants affirment avoir reçu plusieurs bouteilles à la mer au courant de leur vie. On peut également trouver des objets d'une taille démesurée, et d'autres parfois identifiés comme provenant d'aussi loin que d'Amérique latine.

anticosti.
2016-2017-2018.

© Tom Demers, 2018.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now